Catégories

Qu’est-ce qu’une preuve de revenu ?

Qu’est-ce qu’une preuve de revenu ?

Données pour les dugivelse

14 Nov 2019 08:06

Données de afsagt dom/kendelse/afgørelse/styresignal

A voir aussi : Quels sont les documents nécessaires pour obtenir un passeport au Bénin ?

10 sept. 2019 12:22

Numéro SKM

SKM2019.560 .BR

Myndighed

A découvrir également : Esprits criminels : qu'est-il arrivé à Thomas Gibson après qu'il ai été congédié pour avoir donné un coup de pied à un producteur ?

Byret

Styles Ansvarlig

Skattestyrelsen

Sagsnummer

Ritten à Roskilde, BS-34600/2018

Type de document

Dom

Mère surordonné

Skat

Overemner-Emner

Insomst personnel

Emnéord

Untaget, beskatning, afgiftsfrie, pengegaver, økonomisk, mulighed,

CV

L’affaire a statué si la demanderesse avait remboursé que 515 000 DKK, qu’elle avait inséré dans son compte 9 fois en 2013, ne devraient pas être imposés non plus parce qu’il s’agissait de fonds déjà imposés ou de fonds exonérés d’impôt.

À la suite de la preuve, le tribunal a conclu que la demanderesse n’avait pas réussi à prouver que 3 dépôts totalisant 210 000 DKK provenaient de cadeaux en argent libre d’impôt qu’elle avait reçus de sa mère au cours des années 2004-2007. La demanderesse n’avait pas fourni de preuve de réception des cadeaux d’argent ou de documents susceptibles que la mère ait eu la possibilité financière de fournir des cadeaux d’argent de cette ampleur. Le tribunal n’a pas non plus conclu que la demanderesse avait levé le fardeau de la preuve que les 6 autres inscriptions étaient de l’argent qu’elle avait précédemment récolté sur son compte. Les explications présentées au tribunal n’ont pas pu déboucher sur une autre évaluation.

En ce sens qu’il n’y avait aucune raison de passer outre le Conseil de conduite fiscale. décision, le Ministère de la fiscalité a été disculpé.

Référence (s)

L’article 4 du Code des impôts de l’État

Citation

Fêtes

A

(v/adv. Kasper Kelm (Démant)

Courage

Ministère de la fiscalité

(V/L’avocat de chambre v/adv. Tim Holmager v/Adv. Mads Høeg (Sorensen)

Fait par le juge du tribunal municipal

Anna Lindgren

Le contexte de l’affaire et les allégations des parties

En vertu de cette affaire, introduite le 17 septembre 2018, la demanderesse A a fait valoir que son revenu imposable pour l’année de revenu 2013 est réduit de 515 000 DKK, subsidiairement que son emploi fiscal pour l’année de revenu 2013 est revu auprès des autorités fiscales.

Le défendeur, le ministère de la Fiscalité , a fait une allégation d’acquittement.

Le jugement ne contient pas de représentation complète au sens de l’article 218 (a) du Code judiciaire.

Explications

Une explication de A et JS a été donnée.

A a expliqué, entre autres, qu’elle vivait et avait partagé le ménage avec sa mère. Ils ont vécu frugalement et n’ont jamais donné de vacances majeures. Leur entretien ménager partagé s’est également poursuivi après que sa mère se soit rendue dans une maison de retraite. Elle a amassé de l’argent pour la mère et elle croit que la mère a caché ses économies sous le matelas. C’était vraisemblablement quelque chose que la mère avait appris de ses parents. Sa mère était très simple d’esprit, et avait du mal à faire des progrès techniques.

Les choses devraient être de préférence comme elles l’ont toujours été. C’est comme ça qu’elle se sent aussi. La mère n’était pas un fait, mais elle n’avait pas vraiment son argent et s’est cachée à différents endroits. À la mort de la mère, elle a trouvé 9 000 DKK cachés dans un journal. L’argent qu’elle a demandé aux funérailles de sa mère.

Sa mère était généreuse et elle a reçu des cadeaux d’argent libres d’impôt de la mère dans la mesure où les règles fiscales le permettaient. L’argent qu’elle a eu en liquide et elle l’a caché sous son matelas. En 2013 et 2014, elle a vécu de sa retraite. Elle a toujours été très scrupuleuse. Elle fait toujours du vélo et est également conduite à vélo de Y1 City à court aujourd’hui. Elle a été en vacances pour la dernière fois en 1976. Elle amasse des sommes en espèces à la banque, qu’elle garde à la maison.

En 2013, elle a inséré 513 000 DKK dans son compte. C’était de l’argent qu’elle avait économisé pour que la monnaie soit prise sur la maison. La mère la protégerait volontiers et ne voulait pas qu’elle manque quoi que ce soit. Le toit a pénétré le remplacement, mais l’agent immobilier ne pensait cependant pas qu’elle devrait changer le toit, donc ça n’est arrivé à rien.

Elle ne fait pas confiance à la banque et elle se sent donc mieux à l’idée d’avoir son argent à la maison. Elle a toujours de l’argent à la maison, mais pas dans une large mesure que par le passé. Ce n’est pas illégal, après tout.

Elle a mis les 513 000 DKK sur le compte pour que les artisans puissent voir qu’elle avait de l’argent. Ils ont exigé une garantie bancaire. Sinon, elle aurait aimé les payer en espèces, mais ils ne l’auraient pas fait.

Elle a récolté de l’argent sur plusieurs tours et elle ne peut pas comprendre qu’il est perçu comme un problème. Elle ne peut pas vraiment expliquer pourquoi elle l’a fait, mais c’est lié à l’incertitude qu’elle avait autour de l’opportunité de remplacer le toit.

Elle est allée au service bancaire de Y2 City parce que sa banque locale n’avait pas de boîte. Elle préférait deux employés de banque, qui étaient gentils. L’un était JS et l’autre était un employé de sexe masculin. Lorsqu’elle a mis les 60 000 premiers DKK sur le compte, elle a expliqué qu’il y avait un cadeau en espèces de sa défunte mère. Elle ne connaissait pas JS en privé. Soudain JS n’était pas là et on lui a dit qu’elle avait pris sa retraite.

En 2013, ses revenus étaient de les revenus de pension et de location. Elle avait un bail qu’elle louait à 1 000 KKK par mois. Elle n’a pas envisagé de payer le loyer. C’est une erreur qu’elle ait affiché une perte de loyer.

Elle est coiffeuse de formation et, jusqu’en 2010, avait un salon de coiffure chez elle. L’inventaire est toujours présent dans la maison car elle n’a pas les fonds nécessaires pour le faire retirer. Aucune ventilation n’avait été établie et le salon ne répondait pas aux exigences actuelles. Elle n’a plus de clients dans le salon. Elle ne se sent pas comme ça. La première insertion sur le compte a été l’héritage. Dans les 9 principaux dépôts, la pension est llandet. Ce n’était pas un revenu provenant de la coiffure.

Elle ne peut pas documenter que les artisans ont exigé une garantie bancaire. C’était un accord verbal. Elle ne sentait pas pouvoir faire confiance aux artisans. Elle a mis l’argent dedans et l’a récolté à nouveau. C’était un peu de confusion, mais elle n’a pas parlé aux artisans 8 fois pendant cette période.

C’est elle qui a écrit sur des reçus encaissés, en tant que aide à l’avocat. Sur le reçu du dépôt du 1er août 2013, c’est JS qui a écrit « héritage ». JS voulait savoir d’où elle avait l’argent. Le dépôt de 80 000 DKK le 15 août 2013 n’était pas un cadeau d’argent. C’était une pension et de l’argent qu’elle avait.

Elle ne sait pas pourquoi elle a écrit « remplaçant » sur le reçu du dépôt du 22 août 2013, mais il se peut que c’était parce que JS avait cessé. Sur le reçu du dépôt du 5 septembre*) 2019, c’est JS qui a écrit le « Cadeau sauvegardé ». Sa mère lui a donné de l’argent et des choses d’une valeur d’environ 2 300 000 DKK entre 1973 et 2007. C’est un montant estimé. Rien n’a jamais été écrit à ce sujet. Les cadeaux ont été donnés de façon continue. Ce n’était pas des cadeaux d’anniversaire. Elle a réparé les cheveux de sa mère.

Elle était un peu hors de l’ordinaire sa mère. Elle ne sait pas ce qu’elle a donné aux autres frères et sœurs de cadeaux d’argent, mais on a parlé de sommes forfaitaire.

Sa sœur travaille à SKAT. Les neveux et les nièces ont aussi obtenu de l’argent. La mère est issue d’une famille riche. La mère travaillait comme gardienne de nuit et avait de bons revenus.

Les factures des AP G1 et G2 n’ont aucune corrélation avec l’argent qui a été inséré et décaissé de son compte.

JS a expliqué, entre autres, qu’en 2013, elle était employée comme caissière à la succursale Y2-city de la banque F1. À partir du reçu de dépôt, elle peut confirmer qu’elle a effectué l’expédition le 1er août 2013, dans laquelle A a mis 60 000 livres sur son compte. Elle a écrit le montant, déclarant qu’il s’agissait d’un héritage. Elle avait le devoir de demander au client d’où venait l’argent et c’est ce qu’on lui a dit.

C’est également elle qui a entrepris l’expédition le 24 septembre 2013. Elle peut reconnaître son écriture. Elle a écrit des « cadeaux » parce que c’est ce qu’elle a été informée par le client. Elle n’a pas évalué si c’était juste ou faux ce que A. a dit. Elle a simplement noté ce qui a été dit.

Elle n’a pas fait expédition le 15 août 2013. Ce ne sont pas ses chiffres et le numéro d’expédition montre également que l’insertion n’a pas été faite dans la succursale de Y2 City.

Elle se souvient facilement qu’elle a expatrié A. Ce n’est pas si souvent qu’elle avait un client plus âgé qui montait sur un vélo et mettait beaucoup d’argent. A attendait toujours qu’elle devienne vacante dans la boîte. Elle n’avait aucun lien personnel avec A. Il n’était pas étonnant qu’A ait conduit à la succursale de Y2-town, car la succursale de Y1-town n’avait pas d’argent liquide.

Elle a remarqué que A venait avec des billets de banque anciens et périmés. Elle croit qu’il s’agissait de grosses notes. La banque accepterait bien les billets de banque expirés.

Elle entreprend l’expédition le 8 août 2013, où A a mis 25 000 DKK. Elle n’a pas écrit que c’était un héritage, mais elle le savait tel que c’était arrivé à plusieurs reprises. Comme elle s’en souvient, il s’agissait de vieilles notes.

Elle a également entrepris l’expédition le 22 août 2013, au cours de laquelle A a versé 90 000 livres. Elle a supposé qu’il s’agissait d’un héritage. Il y avait aussi de vieux billets de banque.

Elle a également entrepris l’expédition le 24 septembre 2013, où A a mis 90 000 DKK. Elle a été informée qu’il s’agissait de cadeaux, ce qu’elle a noté.

Cela n’a aucune incidence sur la question de savoir si le client a retiré l’argent du compte qui sera ensuite mis en place. Elle a juste besoin de savoir d’où vient l’argent.

Toutes les fois où elle a dépensé A, il s’agissait de billets de banque expirés. Lorsque vous retirez de l’argent du distributeur automatique de la banque, vous ne pouvez pas recevoir de billets expirés.

Points de vue des parties

A a déclaré dans son document de réclamation ce qui suit :

«… À l’appui des allégations formulées, il est affirmé que A a démontré que les neuf dépôts en espèces totalisant 515000 DKK qu’elle a effectués au cours de l’année de revenu bancaire F1 2013 sont étrangers.

À cet effet, il est effectué en relation avec les trois dépôts de 60 000 DKK respectivement le 1er août 2013, comme indiqué à l’annexe 11, 60 000 DKK le 5 septembre. 2013, comme indiqué à l’annexe 15, et par 90 000 DKK le 24 septembre 2013, comme indiqué à l’annexe 16, affirme que A a démontré qu’il s’agit de cadeaux exempts d’impôt reçus de la mère de A en 2004-2007. Il est donc soutenu que le montant en espèces est l’emploi fiscal pour l’année de revenu 2013.

En ce qui concerne les six autres dépôts totalisant 305 000 DKK, on affirme que A a démontré que des dépôts en espèces avaient déjà été levés à la banque. On soutient donc que le montant de l’argent est l’emploi fiscal pour l’année de revenu 2013.

******

En vertu de l’article 4 du Code des impôts de l’État, une personne est imposée sur son revenu annuel total, qu’il soit dérivé du pays ou non, et qu’il soit constitué d’argent ou d’actifs de valeur monétaire.

En vertu de l’ article 5 (b) du Code des impôts de l’État, les dons ne sont pas imposés lorsqu’ils sont couverts par le titre II de la loi sur l’impôt de résidence.

Les cadeaux des parents sont couverts par la loi sur l’impôt sur le logement Titre II visé à l’article 22 (1) a) de la Loi sur la résiduction.

Conformément à l’article 22 (1) a) de la Loi sur les biens, une personne peut recevoir gratuitement des cadeaux de sa mère dans le cadre d’une déduction inférieure qui, en 2004-2007, était de 51 500, -, 52 700, -, 53 900 et 55 300 DKK respectivement.

Tant dans le cas des revenus couverts par l’article 4 du Code des impôts de l’État que des dons liés à l’acte de résidence, le principe de l’acquisition légale s’applique, voir par exemple Legal Guidance 2019-1, C.A,1.2.1. Les dons de revenu et d’argent sont donc imposés au cours de l’année de revenu au cours de laquelle le montant approprié a été acquis, ni tôt ni tard.

******

Il allègue que pendant les années de revenu 2004, 2005, 2006 et 2007, A a reçu des dons en espèces de sa mère totalisant 210 000 couronnes danoises et que les dons annuels n’ont pas dépassé les montants de base des années respectives des montants de base de l’article 22 (1) de la Loi sur la résiduction.

Il est en outre soutenu que A a gardé les cadeaux en espèces dans sa propre maison, c’est pourquoi ils ont été conservés au cours de l’année de revenu 2013, lorsqu’ils ont été insérés. trois fois respectivement, à 60 000 DKK le 1er août 2013, comme indiqué à l’annexe 11, par 60 000 DKK le 5 septembre 2013, comme indiqué à l’annexe 15 et 90 000 DKK le 24 septembre 2013, comme indiqué à l’annexe 16.

Il soutient que, dans le cas de A, il ne peut être considéré comme inhabituel ou indigne de confiance que des économies soient réalisées lors du stockage de l’argent à la maison, c’est pourquoi cela ne peut pas être simplement affecté comme sans papiers, cf. SKM2013.903.BR, dans lequel le tribunal de district a rapatrié l’affaire auprès des autorités fiscales.

Il est rappelé que depuis le début de l’affaire, A stedse a maintenu son explication, ce qui s’oppose à la nécessité de rendre des exigences particulièrement sévères sur la documentation de celle-ci, cf. SKM2013.389.OU contradictoires.

Il est également soutenu que l’exigence de preuve pour les cadeaux reçus en dessous de la limite inférieure prévue à l’article 22 (1) de la Loi sur l’impôt sur les résidences doit être considérée comme relativement indulgente dans le cas où les autorités fiscales n’exigent pas encore moins d’autoriser la déclaration de ces dons.

Si c’est le cas, des exigences particulièrement serrées pour la documentation, ce sera de facto des cadeaux en espèces exempts d’impôt couverts par l’article 22 (1) de la loi sur la résidence, ce qui n’a évidemment pas été l’intention de l’Assemblée législative d’introduire la déduction inférieure de la taxe sur les dons.

Les dons exonérés d’impôt et d’impôt ne sont pas assujettis à l’imposition d’être insérés dans un compte bancaire 6 à 9 ans après leur réception. Cependant, il s’ensuit que c’est l’assujetti qui doit démontrer qu’un dépôt trouvé dans un compte bancaire n’est pas couvert par la section 4 du Code des impôts de l’État, cf. par exemple SKM2004.87.HR et BIÈRE SKM2014.254.

En général, comme point de départ, les autorités fiscales ont la charge de la preuve dans les cas où les autorités fiscales invoquent un fait donné pour soutenir une réclamation fiscale. Pour commencer, c’est donc le ministère de la Fiscalité qui a la charge de la preuve que des revenus imposables supplémentaires sont disponibles dans ce cas : que ce que A a une déclaration de revenus. SKM2014.616.BR et la Cour nationale de l’impôt Décision du 27 janvier 2014, n° 13-0095164.

Le Ministère de la fiscalité a-t-il levé la charge de la preuve deux – que les contribuables prétendument portés ont gagné un avantage économique donné, par exemple, réalisé un revenu, c’est au contribuable de démontrer qu’il n’y a pas de revenu imposable de ce type, par exemple parce que le revenu en question est déjà imposable ou est fiscalement exempté, voir par exemple SKM2012.174.VLR.

Il est soutenu que, par son explication, A l’a démontré. Ainsi, il est allégué que A a démontré que les dépôts de 60000 DKK au 1er août 2013, tels qu’énoncés à l’annexe 11, que 60 000 DKK le 5 septembre 2013, comme indiqué à l’annexe 15, et que 90 000 DKK le 24 septembre 2013, comme indiqué à l’annexe 16, proviennent de dons exonérés d’impôt et d’impôt reçus par la mère de A pendant la période 2004-2007-2009, l’emploi fiscal pour l’année de revenu 2013 est donc étranger.

Il est en outre affirmé que, par son explication et dans la présentation de ses relevés bancaires, visés à l’annexe 7, A a a prouvé que les autres dépôts totalisant 305 000 DKK sont en fait de l’argent récolté sur le même compte.

En résumé, il est donc fait à l’appui des affirmations selon lesquelles les 515 000 DKK en tant que détenu courant dans son compte l’année de revenu 2013 est l’emploi fiscal pour l’année de revenu 2013… »

Le ministère de la Fiscalité a déclaré dans son document de réclamation ce qui suit :

»… Le ministère de la Fiscalité affirme que A n’a pas levé la charge de la preuve que les 9 dépôts en espèces totalisant 515 000 DKK constituent des fonds qui ne devaient pas être imposés ou déjà imposés.

Il découle de la section 4 du Code des impôts de l’État que tous les revenus comme point de départ sont imposables.

Selon le bref, page 2, section 4, A est retraité depuis les années 1980. Parallèlement à sa pension, ses revenus proviennent de la location d’une propriété. Au cours des mois d’août à décembre 2013, le compte de A présentait 9 insertions et 58 des retraits de montants assez importants. Cela est également illustré dans ses propres grandes lignes à l’annexe 10. Par exemple, au mois d’août, A a inséré 255 000 kr de 4 fois, augmentant 294 000 kr de 34 fois. Les insertions ne sont pas des déclarations fiscales.

Il est incontestable que, dans ces circonstances, A doit démontrer que les dépôts proviennent de fonds déjà imposés ou exonérés d’impôt, cf. U 2009 163 H.

Elle a déclaré que 3 des dépôts proviennent de dons en franchise d’impôt et d’impôt de sa mère et que les 6 autres dépôts sont des « réintégrations » de liquidités précédemment levées.

En outre, c’est le ministère de la Fiscalité que A n’a pas documenté que les montants sont exonérés d’impôt. Ainsi, les faits objectifs requis par la jurisprudence pour l’exonération de tels dépôts de la fiscalité ne sont donc pas conformes à la jurisprudence. U2007.1049 H, SKM2009.36.VLR et SKM2013.565.BEER.

A n’a fourni aucune documentation pour savoir d’où proviennent les insertions.

Par conséquent, les autorités ont eu le droit d’augmenter son revenu imposable en fonction de la taille des dépôts, et il n’y a donc aucune raison de passer outre à la décision prise.

Il ne s’ agit pas d’une augmentation discrétionnaire, par opposition à l’assignation à comparaître, pages 7 et 9 à 12. D’autre part, les augmentations proviennent directement des insertions en béton, voir également SKM2014.683.VLR, SKM2007.53.ØRR et SKM2013.125.VLR. Les plaidoyers de A à cet égard ne sont donc pas pertinents pour l’affaire. En outre, ce n’est pas une condition préalable à l’augmentation qu’elle soit soutenue par un calcul de la consommation privée, ni s’il s’agissait d’une estimation, cf. U 2005.3167 H. L’augmentation ne peut pas non plus être réfutée en fournissant des informations sur sa consommation privée. Le déterminant de l’affaire est seul, comme le demandeur indique également dans la ligne, page 2, en bas, si A peut démontrer que les dépôts proviennent de fonds déjà disponibles. taxés ou exonérés d’impôt.

1. LES 3 INSERTIONS TOTALISANT 210 000 KR.

A allègue que les dépôts des 1er août, 5 septembre et 24 septembre 2013, totalisant 210 000 DKK, proviennent d’espèces reçues annuellement de sa mère sous forme de montants libres d’impôt au cours des années 2004 à 2007 en vertu de l’article 2 (1) de la Loi sur la résiduction.

Il doit être considéré comme très inhabituel de stocker de l’argent pendant tant d’années avant de l’insérer — inexpliquée —. Cela accentue le fardeau de la preuve du demandeur.

A n’a pas non plus fourni de preuves de réception de cadeaux en argent de la part de sa mère. Ainsi, il n’y a aucun appui à son explication sous la forme, disons, de relevés bancaires de la mère, de lettres de cadeau, de testament ou autres, que ce soit pour savoir quand elle aurait dû recevoir les sommes ou la taille des cadeaux en argent. Elle n’a pas levé seul son fardeau de la preuve » par son explication », cf. par exemple SKM2013.537.BER, mais en face du bref page 9, paragraphe 5.

A a soumis des reçus de paiement des 3 dépôts (annexes 11, 15 et 16). Les reçus montrent que les montants ont été insérés et qu’ils sont appliqués à des notes à la main avec, par exemple, « Héritage ». A pourrait écrire ce qu’elle voulait, ou faire écrire à la banque ce qu’elle leur a dit sur l’argent comptant des détenus.

Cela ne documente pas que l’argent versé provient de cadeaux annuels en argent libre d’impôt de sa mère au cours des années 2004-2007.

KC est décédé en mai 2008 (annexe A) et le domaine a été rejoint en tant que boudment. Le tribunal des successions avait conclu que les actifs de la succession ne dépassaient pas 35 000 DKK, voir l’ordonnance n° 1422 du 11 décembre 2007, section 2, conformément à l’article 21 de la loi sur les décès, après déduction des dépenses équitables lors des funérailles, le traitement de la succession et de la dette garantie par hypothèque ou équivalent, comme le prévoit l’article 18 de la Loi sur la ligne de mort. Le fait que la succession ait été zonée avec peu de fonds démontre également que A a reçu des cadeaux en argent libre d’impôt tels que déclaré.

A n’a pas non plus fourni de preuve que la mère avait honoré pratiquement toute sa fortune à ses enfants et petits-enfants avant de mourir, comme indiqué dans le bref, page 3, paragraphe 2. Il n’y a pas non plus de preuve que la mère ait pu donner à A et à d’autres membres de la famille — des cadeaux d’argent de l’ordre énuméré dans le bref, page 2, dernier paragraphe — page 3, paragraphe 2.

Dans ce contexte, A n’a pas levé sa lourde charge de preuve que ces trois dépôts proviennent de fonds exonérés d’impôt.

2. LES 6 INSERTIONS TOTALISANT 305 000 KR.

Les 6 autres insertions totalisant 305 000 DKK réclamations A sont son propre argent, qu’elle a précédemment récolté puis redéployé.

A n’a fourni aucune preuve que les dépôts sont son propre argent, qu’elle a déjà été payé. Il n’y a pas non plus de raisons pour lesquelles elle aurait dû payer en (et augmentés) de tels montants au second semestre 2013. Elle a simplement déclaré qu’elle détenait souvent une importante participation en espèces. À l’appui de ses factures fréquemment payées en espèces, elle a fait référence aux factures présentées aux annexes 34 et 35. Les paiements ne sont pas clairement corrélés avec les 9 dépôts contestés dans son compte, voir par exemple SKM2019.250.BEERS. Il ne prouve donc pas que les dépôts proviennent de fonds qui ne doivent pas être imposés ou déjà imposés.

À la Commission des impôts, A a déclaré (annexe 1, page 8, section 2) qu’elle avait levé certains montants pour l’achat de matériaux et le paiement d’artisans pour faire le toit d’une maison. Une déclaration similaire figure dans la note téléphonique SKAT datée du 27 août 2015 (annexe 27). L’accord n’aurait rien eu, selon elle, et elle a donc rétabli les montants augmentés. A n’a pas précisé quels retraits et insertions sont concernés. Il n’y a pas de preuve de cette déclaration, qui ne se répète pas non plus dans le bref. Le fait que l’argent entre et sort de son compte ne prouve pas d’où proviennent les dépôts en espèces, et certainement pas qu’il s’agit des mêmes fonds précédemment versés.

Elle n’a donc pas prouvé que les 6 dépôts sont des fonds déjà taxés… »

Au cours du débat principal, les parties ont détaillé leurs points de vue sur la question.

Justification et résultats de la Cour

Il est incontestable qu’en 2013, dans le compte de A, avec neuf dépôts effectués par A, un total de 515 000 DKK a été inséré.

Il incombe à A d’alléger la charge de la preuve qu’un ou plusieurs des neuf dépôts sont exonérés d’impôt, soit parce qu’il s’agit de fonds déjà imposés ou qu’il s’agit de fonds exonérés d’impôt.

Après la preuve, le tribunal ne conclut pas que A a levé le fardeau de la preuve que les insertions sur 210 000 DKK proviennent de l’argent qu’elle avait reçu chaque année de sa mère sous forme de montant libre d’impôt au cours des années 2004-2007. Ce faisant, la Cour a souligné que A n’a fourni aucun document à ce sujet sous la forme de documents, de relevés bancaires ou de relevés de biens susceptibles que sa mère ait eu la possibilité financière de fournir des dons d’argent de cette ampleur. Le tribunal note par la présente que le nid de la mère a été rejoint comme boudlay.

Le tribunal conclut en outre, après la preuve, qu’A a levé le fardeau de la preuve que les 6 autres inscriptions étaient de l’argent qu’elle avait précédemment récolté sur son compte. À cet égard, la Cour est dans ce contexte qu’A n’a pas été en mesure de rendre compte des raisons pour lesquelles, sur la période relativement courte, elle aurait dû récolter et coller le même argent encore et encore.

Le tribunal ne conclut pas que l’explication donnée par JS puisse entraîner une évaluation différente. La Cour note par la présente que l’explication de JS selon laquelle toutes les insertions de A constituaient un héritage ou des cadeaux et consistait en vieux billets expirés qui ne correspondent pas à l’explication de A, y compris qu’elle avait amassé l’argent dans le guichet automatique de la banque.

Dans ce contexte, la Cour ne trouve pas de fondement pour annuler la décision de la Commission d’appel fiscal concernant l’augmentation du revenu imposable de A en 2013.

La demande d’acquittement du ministère de la Fiscalité est donc prise en compte.

Les frais juridiques sont en fonction de la valeur, du cours et du résultat de l’affaire, qui doivent couvrir les frais juridiques de 50 000 DKK. Il est indiqué que le ministère de la Fiscalité n’est pas immatriculé à la TVA.

T H I K E N D E S F O R R E T T :

Le ministère de la fiscalité est disculpé.

A doit payer les frais juridiques au ministère de la Fiscalité avec 50 000 DKK dans les 14 jours.

Les frais juridiques sont rémunérés en vertu de l’article 8 (a) de la loi sur l’intérêt.

Corrigénée en vertu de l’article 221 (1) du Code judiciaire :

*) 2019 est supprimé et remplacé par 2013 .

Articles similaires

Lire aussi x

Show Buttons
Hide Buttons