Catégories

Comment choisir le bon ERP ?

Comment choisir le bon ERP ?

Le choix et la mise en œuvre d’un ERP (Enterprise Resource Planning) constituent un tournant décisif dans la vie d’une entreprise :

  • Si le projet ERP a été mis en œuvre avec succès, ce sera l’outil qui lui permettra d’industrialiser son entreprise et de dépasser le niveau de l’amateurisme.
  • S’il y avait des erreurs dans le choix, la mise en œuvre de… la production d’un ERP sera éprouvée comme un choc et perturbera grandement les activités d’une entreprise. J’ai vu une entreprise où les ventes et la production pleuraient de colère parce qu’elles ne pouvaient plus charger ni gérer la production.

création d’un ERP n’est donc pas un projet inoffensif, La car il affectera le cœur des activités de l’entreprise, à savoir la production, la comptabilité, les fournitures… même les ressources humaines.

A lire aussi : Quels sont les bienfaits que peut apporter le développement du web à notre société ?

Avec un ERP, le travail « Tout le monde dans le coin » est terminé Grâce à ses outils et procédures informatiques, l’ERP conduit à une structuration des processus avec des logiciels qui seront utilisés par tous.

A lire en complément : Comment trouver un transporteur industriel ?

Il existe de nombreux points de départ pour choisir un ERP :

  • Améliorez la productivité globale de l’entreprise en dotant toutes les équipes d’un seul outil utilisé par tous.
  • Rationalisez les processus et standardisez les produits et services en supervisant les activités.
  • Réduisez la perte d’informations, de données, de connaissances… liées à l’interruption des flux dans les outils utilisés dans l’entreprise (CRM, comptabilité…).
  • Accélérez le temps de traitement en collaborant sur un seul outil
  • Arrêtez de travailler avec des fichiers Excel, copier/coller…
  • Manque de visibilité et de rapports d’activité

Cependant, étant donné que l’ERP affectera l’ensemble des activités de l’entreprise, la clé du succès proviendra de l’adaptation de l’ERP à l’activité commerciale , garantissant la concession minimale qui resserre le travail des employés.

D’où l’importance de penser bien au-delà de vos besoins, de ses spécificités… pour choisir un ERP qui répond à toutes ces contraintes.

Comment choisir un ERP ?

Un ERP doit ressembler à un gant, ou du moins ne pas être trop serré

En fait, tout comme un leader :

  • s’il est trop petit, il sera à l’étroit et bientôt vous serez gêné lors de vos voyages.
  • S’il est trop grand, vous n’êtes peut-être pas à l’aise et vous semblez ridicule.

Il faudra donc choisir entre :

  • Un ERP « standard » qui offre Moins de personnalisations, mais l’installation sera plus rapide, plus facile à dimensionner et à installer.
  • Un ERP haut de gamme, qui propose des produits sur mesure, mais coûtera énormément en termes de paramétrage et de maintenance.

Pour choisir le bon logiciel, il existe quelques règles simples :

  • Sélectionnez un éditeur qui possède déjà des références de votre secteur d’activité. En fait, s’il a déjà abordé plusieurs fois les problèmes des entreprises voisines, il saura quoi faire. Demandez donc systématiquement des références dans votre secteur d’activité, avec les noms des personnes que vous pouvez contacter.
  • Demandez une démonstration de l’application et passez un « scénario » d’utilisation typique pour vérifier que l’application sait comment gérer vos spécifications en standard.
  • Créez une spécification, expliquant le fonctionnement de votre entreprise , ses contraintes, ses clients… afin que le supplément puisse contenir des informations tangibles.
  • Assurez-vous que vous disposez de personnes compétentes en interne pour effectuer de simples modifications de configuration et gérer de petits ajustements dans la vie quotidienne. Si nécessaire, recrutez quelqu’un qui a déjà travaillé sur ce type de système.
  • Un aperçu des principales solutions du marché, par exemple en visitant AppVizer.com, Getapp.fr, G2Crowd.com, capterra.fr , toutsoft. com… sachant que vous pouvez également utiliser Google.com et saisir vos mots clés (par exemple ERP Industries…). Vous pouvez également utiliser votre réseau professionnel ou personnel (LinkedIn, Twitter, Facebook…) pour demander les noms des solutions CRM. Si vous disposez d’un budget suffisant, vous pouvez contacter un consultant ERP externe qui vous guidera dans le choix.
  • Ensuite, sélectionnez 5 solutions et passez un « grand oral » pour choisir la solution la plus appropriée, avec une réponse à vos spécifications et, dans le pire des cas, une réponse via un scénario de démonstration en direct.

  • Énumérez les fonctions « essentielles » des fonctions auxiliaires, puis décrivez en mode « narration » comment travailler un employé, afin de vérifier que le logiciel sera en mesure de traiter les demandes.

Au niveau de la solution ERP, voici quelques éléments à vérifier :

  • La durabilité de l’entreprise (un ERP est utilisé au moins 5 ans) et ses évolutions.
  • Le nombre de personnes en soutien et en recherche et développement
  • Le nombre de références dans votre secteur d’activité
  • Se mettre en main
  • Couverture fonctionnels pour répondre à vos attentes
  • Les fonctionnalités « standard » (par défaut) et « spécifiques » (que nous devrons créer uniquement pour vous)
  • Le coût du projet (installation initiale, configuration et options et maintenance annuelle…)

Quelles sont les principales solutions ERP en France ?

Système ERP Vector

Le marché de l’ERP s’est considérablement démocratisé avec une offre très importante, adressée par les PME aux grandes entreprises.

La société d’étude Gartner en liste plus de 20 dans sa comparaison :

Et g2crowd.com plus de trente :

Si nous nous concentrons sur le marché français, dans la gamme ERP d’entrée de gamme, il existe de nombreux logiciels « intégrés », c’est-à-dire des logiciels qui ressemblent à des ERP, mais ils ont des bases de données distinctes, qui ne sont en fait qu’un package avec un compte et une gestion d’entreprise avec 2 bases de données distinctes, mais qui communiquent entre elles (par exemple : Sage 100 Enterprise…).

Même si ces paquets ne sont pas ERP au sens approprié du terme (1 base de données commune unique), il reste cependant de bonnes solutions pour créer un ERP.

Voici la liste des principaux ERP pour les PME en France :

  • PMI IGP EBP  : Après une jeunesse difficile (bug…), le produit s’est maintenant bien stabilisé, avec un excellent rapport qualité/prix.
  • Sage 50 Cloud Ciel  : ergonomie plus simple, mais beaucoup moins fonctionnelle que ses concurrents et un réel manque d’évolution depuis des années.
  • Sage 100 Cloud Enterprise  : une ergonomie rustique, mais elle présente l’avantage d’être robuste et très rapide à installer (industrie…). De l’autre côté en partie, cette solution n’est pas du tout adaptée au service.
  • Sellsy  : un ERP de nouvelle génération (dans le cloud réel et non dans les logiciels Windows installés sur le cloud comme Sage, Sky, EBP…) qui offre des modules CRM, eCommerce… mais parfois il manque de profondeur fonctionnelle pour traiter tous les cas particuliers.
  • Wavesoft  : un ERP ergonomique 2000, mais intéressant en termes de fonctionnalité et de prix.
  • CEGID  : son offre ERP est un peu faible par rapport aux autres gammes de produits, mais elle reste un produit pertinent sur son marché. Qualiac (acheté auprès du CEGID) est une solution de référence sur le marché.
  • Odoo  : c’est un peu une boîte à outils, avec beaucoup de modules. À réserver aux entreprises technologiques et aux opérateurs de technologie à pirater.
  • Dolibarr  : un ERP open source orienté au TPE.
  • Everwin GX  : pas vraiment un ERP, c’est plutôt un système intégré dédié aux entreprises de services.
  • Divalto  : vous remarquerez avant tout ses bonnes performances dans le domaine de la production et de l’industrie.

En fin de compte, pour une PME, le choix sera entre Sellsy, Cegid, Sage, Odoo et EBP.

En ce qui concerne ERP pour les très grandes entreprises qui tournent à l’international, voici les principaux acteurs :

  • Sage X3  : c’est un produit extrêmement personnalisable mais complexe à mettre en œuvre.
  • SAP  : Les différents instruments restent plutôt monolithiques et conviennent mieux aux entreprises ayant des ambitions internationales. Les offres de PME de SAP peuvent sembler intéressantes à première vue, mais elles sont beaucoup plus chères que les ERP concurrents (Ciel, Sellsy, CEGID…).
  • Oracle : L’ERP d’origine est obsolète, mais NetSuite est l’une des bonnes solutions à étudier.
  • INFO  : Industry Challenger, cette solution reste pertinente dans certains secteurs, avec de nombreuses personnalisations.
  • Microsoft  : Une fois encore, le choix de Microsoft est dicté par le désir d’internationalisation, avec une grande influence nord-américaine.

Au final, le quatuor principal d’une grande entreprise sera SAGE/SAP/Oracle (Netsuite) et Microsoft.

Comment réussir votre projet ERP ?

mise en œuvre d’un ERP nécessite l’écoute et l’analyse du fonctionnement de l’entreprise. La

Il est essentiel de valider la réalité opérationnelle, comment les employés travaillent et intègrent leur façon de travailler. travailler, afin d’adapter l’ERP (ou d’adapter les processus internes et externes).

Dans le même temps, ERP est souvent présent dans une entreprise pendant dix ans, il faut donc anticiper les besoins (internationalisation, reporting…) afin de ne pas rester coincé dans des coques trop rigides quelques années plus tard.

Vous devez donc formaliser fortement votre expression de besoin (spécificités), en expliquant spécifiquement la façon dont vous travaillez et vos spécifications. Tout le temps investit dans la description du fonctionnement de l’entreprise, dans la reconstruction des processus… cela gagnera énormément de temps lors de la création du projet.

Sans analyse précise, vous risquez de créer un CRM inapproprié à vos besoins qui vous arrêtera quotidiennement plutôt que de vous aider à développer votre activité.

Le deuxième point est d’obtenir l’adhésion de l’équipe au projet, afin d’éviter l’effet d’un refus à la La moindre erreur (« Je t’ai si bien dit »/« J’étais sûr…).

Pour ce faire, il est nécessaire d’associer le personnel opérationnel dans le choix de l’application, mais surtout les spécifications.

C’est pourquoi il est essentiel de choisir dans chaque département une personne-ressource qui sait le bon fonctionnement de l’entreprise et qui sera en mesure de collecter des informations auprès de collègues.

Il est absolument nécessaire d’éviter d’avoir un stagiaire, un informaticien… qui ne connaît pas les machines formelles et informelles de l’entreprise.

En fait, pendant une heure passée à analyser la situation et à anticiper les problèmes, c’est 10 fois plus de temps que vous gagnerez plus tard dans la correction des problèmes et des adaptations.

Il est donc essentiel de nommer les bonnes personnes dans l’équipe de projet ERP et de leur consacrer du temps.

Ces « utilisateurs clés » doivent devenir des ambassadeurs ERP dans leurs services et rendre compte régulièrement de l’avancement du projet (la direction devrait : envoie également des informations très régulièrement pour communiquer sur les jalons atteints).

Le troisième point clé, n’est pas de faire une production « big bang », c’est-à-dire de tout changer du jour au lendemain, mais plutôt de travailler par phases, de commencer par des activités non stratégiques (par exemple simplement un service, une gamme de produits, une région…), d’augmenter la puissance et de résoudre les problèmes sans toucher l’ensemble des activités de l’entreprise.

La quatrième étape consiste à vérifier que les données intégrées dans l’ERP sont correctes et valides. En fait, si vous déposez tout simplement dans l’ERP sans vérification (comme une importation sauvage de données comptables, de fichiers clients…), vous vous retrouverez avec un progiciel qui perdra sa crédibilité et dont les défauts seront systématiquement utilisés pour dénigrer le projet.

Le cinquième point est de choisir un fournisseur qui connaît votre travail ou qui travaillera dans Mode « conseil » avec une forte dose de recommandations, pour vous indiquer quand vous devez faire des concessions et quand le SLE peut être adapté à vos besoins.

Le sixième point est de contrôler votre budget, tout en planifiant 25 % de budgets supplémentaires pour faire face à des imprévus imprévus, non calculés… qui font nécessairement partie d’un projet CRM.

Le septième point concerne la création d’un comité de travail multidisciplinaire pour la création de l’ERP. Il est essentiel de nommer un chef de projet qui connaît le fonctionnement de l’entreprise afin qu’il puisse non seulement savoir comment fonctionne l’entreprise, mais aussi comment soutenir ses collègues d’autres services.

En conclusion… le choix d’un ERP doit être soigneusement étudié.

La création d’un ERP est essentielle pour « briser le plafond » du verre qui empêche la croissance d’une PME.

Cependant, le choix d’un ERP nécessite un véritable travail d’analyse de l’existant et une bonne gestion de projet, avec l’hypothèse initiale que « le diable se cache dans les détails », et qu’en réalité, il sera nécessaire d’anticiper autant que possible les besoins et les situations.

Enfin, il est essentiel de savoir que ce n’est pas la solution ERP qui garantit le succès du projet ERP, car un bon ERP peut être un bérézine si vous choisissez un supplément erroné, si votre budget est insuffisant ou si l’analyse des besoins et la surveillance du projet n’ont pas été effectuées correctement.

La création d’un ERP est avant tout un projet humain et organisationnel et pas seulement un projet informatique.

5 / 5 ( 6 vœux )

Articles similaires

Lire aussi x

Show Buttons
Hide Buttons