Catégories

Les 5 pannes les plus fréquentes sur les modèles de Mini Cooper à éviter

Les 5 pannes les plus fréquentes sur les modèles de Mini Cooper à éviter

La Cooper s’apparente à une des bolides les plus allégoriques au monde. Après son rachat en 1994, ce véhicule procure de nombreux avantages aux automobilistes. Cependant, la Cooper présente 5 quelques pannes que vous devez éviter. Découvrez au travers de cet article ces distincts dysfonctionnements !

Panne de Mini Cooper à éviter : Une autonomie électrique insuffisante

Estimés à moins de 20 km, les véhicules Mini Cooper présentent une autonomie électrique qui ne vous permettra pas de lancer la cylindrée. Par ailleurs, sachez que ces 20 km varient énormément. Au cours de certaines expériences consécutives, le système propose une autonomie de 8 à 14 à 17 km sans aucune raison. Et ce, après une pleine charge.

A lire aussi : Quelle est la meilleure voiture à acheter en ce moment ?

Au cours des essais, il faut noter que le comportement au volant demeure le même. En général, cette autonomie relève de certains facteurs dont la route que vous empruntez. Sur une autoroute, elle fond comme de la neige placée sous le soleil. N’oubliez surtout pas que les arrêts en ville n’aident pas.

Panne de Mini Cooper à éviter : pas de contrôle sur la propulsion

À gauche de la console centrale, vous trouverez un interrupteur qui permet de réserver pour plus tard la charge électrique. Non seulement ceci, il vous permet de passer du moteur thermique au au moteur électrique en vous fiant à votre tableau de bord. Ceci épuisera normalement les batteries avant de virer vers le carburant. Au pied de cette console, se situe l’allumage.

Lire également : Pourquoi passer à la voiture électrique ? Les avantages et enjeux environnementaux

Vous ne trouverez pas de bol. Toutefois, la voiture sera constamment capricieuse lorsque vous aurez à utiliser uniquement son groupe électrique. Elle refuse catégoriquement. Souvent pour des raisons météorologiques, parfois enrageantes lorsque vous décidez de parcourir des kilomètres entre le bureau et la maison. Chose que la majorité des automobiles hybrides réalisent sans broncher.

Panne de Mini Cooper à éviter : aucun patin

Après avoir réuni les conditions requises, vous pouvez exclusivement opter pour  le mode électrique pour les maigres kilomètres à effectuer seul. Mais, à une condition : pensez à ne pas désengorger l’antipatinage.

Il est indispensable, mais ça rend doublement fâchant. Cette voiture étant un petit VUS à quatre roues motrices, il devrait se démener sur les voies peu adhérentes, les pneus dans la gadoue ou dans la boue, en fonction de la saison.

N’oubliez surtout pas que son antipatinage cale trop sévèrement le moteur pour dépanner véritablement le moteur dans ces circonstances. La seule option consiste à sa désactivation. Ce qui invariablement allume la cylindrée.

Panne de Mini Cooper à éviter : une connectique entêtée

Les derniers modèle de Mini Cooper embarquent la technologie motrice dernier cri. Par contre, ils ne détiennent pas de mode intermittent sur les essuie-glaces en avant. D’ailleurs, ils possèdent une sonorisation multimédia au goût du jour, avec la possibilité de lancer des applications directement à partir de son écran.

Ces applications requièrent un jumelage via Bluetooth avec un téléphone portable. Après avoir réalisé le jumelage, votre téléphone lancera de manière automatique une liste de lecture sur Spotify ou un livre audio à travers une application audible signée du logo Mini. Au démarrage, sachez qu’il est impossible d’ouvrir ces applications.

En réalité, la technologie devrait faciliter la vie des conducteurs. Mais, le Mini Cooper fait autrement les choses.

Articles similaires

Lire aussi x